Les Saveurs de Flora

Un boudoir moderne aux saveurs en demi tons

Les Saveurs de Flora

Situé en plein triangle d’or parisien, le restaurant de Flora Mikula, Les Saveurs de Flora, a trouvé refuge dans un écrin feutré, aux allures de boudoir chic et moderne. L’établissement signe là une véritable ode à la féminité et promet un élégant diner romantique où se croisent notes méditerranéennes, cuisine du monde et savoir-faire reconnu puisque Flora fut auparavant le second d’Alain Passard à l’Arpège***.

Le décor tendrement féminin offre une véritable petite bulle cosy au cœur de l’activité incessante de la capitale. L’atmosphère y est délicieusement ouatée comme celle d’un boudoir d’antan et s’exprime en couleurs susurrées et poudrées largement dominées par le rose. Lustres scintillants, tables coquettes, soie et papier peint naïf lui donnent un air coquin où se confondent esprits contemporain et rétro. Signé Dorothée Boissier, disciple de Starck, le cadre se fait ainsi intimiste et enjôleur.

Le lieu est donc très prometteur. Malgré les critiques dithyrambiques des guides gastronomiques et des gourmets inspirés par cette cuisine, nous avons été surpris hier soir par la qualité des mets. Nos attentes étaient sans nul doute tout autres…

Pour commencer, la carte pourrait encore mieux se prêter au rêver et au voyage en jouant à la fois sur les mots et la mise en page. Ensuite, la présentation des plats, qui reste relativement soignée et emprunte de raffinement, mériterait de séduire davantage les yeux: il ne faut pas oublier que ce sont eux qui offrent aux papilles leurs premiers émois gourmands.

La cuisine quant à elle manque de toute évidence de finesse… Très dommage étant donné le CV du chef. Le met imaginé autour de la langoustine propose notamment un consommé épicé à la citronnelle: celui-ci est tellement relevé qu’il masque l’intérêt du plat et surtout la chair exquise du fruit de mer délicat. Le risotto au homard ne dévoile aucune saveur subtile lui non plus: ce crustacé recherché manque littéralement de goût, et le peu de riz se noie dans une sauce-émulsion aux fruits de mer. Quant au dessert, le macaron à la pistache est très loin d’être aussi léger et fondant que celui d’un macaron Ladurée ou Pierre Hermé: il se découpe difficilement et porte un chapeau de fruits exotiques entouré de sucres pétillants sans intérêt.

Il ne manque sans doute pas grand chose à cette table pour faire exploser les saveurs en bouche, ou peut-être ne sommes-nous tout simplement pas sensibles à celles exprimées par Flora Mikula. Une chose est sûre, nous avons trouvé l’addition fortement salée pour la qualité proposée.

Les Saveurs de Flora, 36 avenue George V, 75008 Paris. Réservation au 01 40 70 10 49

http://www.lessaveursdeflora.com/

Publicités

~ par Marine de Montalivet sur 8 novembre 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :