Megève

Un village so chic

Authentique. Serait-ce là son luxe ? Mondain. C’est une évidence. Megève. Un petit village savoyard typique situé au cœur du Massif du Mont Blanc. Une famille a lancé son essor. Une. La famille Rothschild. Elle en a fait sa destination privilégiée de villégiature, tout simplement. Depuis, cette station huppée jouit d’une renommée internationale où les célébrités du monde entier se pressent tout au long de l’année pour y passer des vacances sous le symbole d’un art de vivre à la française.

Comme tout lieux où le pouvoir d’achat est majoré, on trouve à Megève de superbes hôtels, de très bonnes tables gastronomiques et des boutiques de luxe qui se succèdent interminablement. Et bien entendu, ce village aux allures médiévales reste préservé : aucun immeuble ne vient dénaturer l’authenticité des chalets en bois qui vivent et vieillissent au rythme de la place principale. De quoi passer un séjour agréable et mémorable. Nous avons testé.

HÉBERGEMENT

A quelques kilomètres de l’affolement du centre de Megève, il existe un hôtel discret plein de charme où règnent en maîtres silence, chaleur et convivialité. Les Flocons de Sel. Petit havre de paix et de tranquillité au cœur d’une immensité blanche. Kristine et Emmanuel Renaut, propriétaires de ce boutique chalet confortablement installé à flan de montagne, accueillent leurs hôtes avec une hospitalité simple et généreuse.

L’établissement propose 6 chambres attenantes au bâtiment principal et 2 petits chalets privés indépendants, comme 2 maisonnettes de bois confiées à la montagne. C’est dans un de ces chalets que nous avons posé nos valises. Construit en duplex, ce confortable petit nid est harmonieusement décoré avec sobriété et élégance. Un design authentique comme un écho à ce séjour chaleureux au cœur des montagnes enneigées.

Ce joli cocon de bois possède d’autres atouts tout aussi convaincants : un spa et un restaurant gastronomique deux fois étoilé parachèvent l’ensemble. Irrésistible quand on a les papilles gourmandes…

Le service est irréprochable. Emprunt de gentillesse, de simplicité et d’efficacité. Pour relier le centre de Megève ou les départs des remontées mécaniques de ski, une navette est à la disposition des clients tout au long de la journée. On se laisse porter et envahir par une sensation de bien-être : excellent remède à une vie parisienne trépidante.

Et pour couronner le tout, le petit déjeuner s’habille de gourmandises… Le pain est bien entendu fait maison : il est incroyablement croustillant et moelleux à souhait !

RESTAURATION

1- Le restaurant gastronomique des « FLOCONS DE SEL« 

Papilles en alerte. Impatientes. Cette table tentatrice hautement prisée nous tendait les bras. Récompensé par une deuxième étoile au Michelin en 2006, Emmanuel Renaut séduit avec une cuisine gourmande, colorée et très actuelle. Une cuisine inspirée par les montagnes. Comment résister à l’appel d’une table gastronomique quand on a les papilles friandes de bonne chaire ? Trois diners dont celui du réveillon nous ont donné un petit aperçu de son talent.

La carte est inhabituelle puisqu’elle ne distingue pas les plats des entrées. Choix délibéré souhaité par le chef nous a-t-on confirmé. On tâtonne. On hésite. On se laisse séduire. Mention spéciale pour la langoustine : déclinée en 2 plats, elle est exquise, surprenante. D’abord servie en carpaccio délicatement arrosé d’un bouillon de cerfeuil et gentiane, elle s’offre ensuite sous forme de tempura ultra légère et croustillante. Un délice qui met parfaitement en valeur la chaire fine du crustacé. On reste pourtant sur sa faim. Nous en avons conclu qu’il s’agissait sans doute d’une entrée.

La carte reste cependant inégale : certains plats sont ainsi extrêmement raffinés, créatifs et très séduisants. Le millefeuille de légumes délicatement relevé d’huile de noisette résonne encore de saveurs explosives, les écrevisses ont littéralement sidéré les papilles. D’autres, comme les viandes, pourtant délicieuses, s’accompagnent d’un gratin Dauphinois servi à part et revisité avec un fromage savoyard : très bon mais évidemment moins recherché.

Quant aux desserts, là encore les irrégularités sont de mise. Je dois avouer que le citron Meyer Michel Bachés servi en deux plats est sublime : vient la coque de sucre puis la gelée, un délice. Le biscuit soufflé chaud est divin mais il reste un dessert plutôt classique : on l’aurait aimé revu et corrigé, plus étonnant, différent. Le carré sabayon glacé est quant à lui très déconcertant. L’assiette est belle, créative, curieuse même, on cherche d’ailleurs en quoi il s’agit d’un sabayon. Déroutant.

MENU DU RÉVEILLON

Comme la carte, il fut inégal. Quand on met plusieurs centaines d’euros dans un repas, on a le droit d’être tatillon, vous en conviendrez. Le diner fut servi en 9 plats, plutôt prometteurs…

***ENTRÉES
Caviar osciètre et sa crème acidulée
Parmentier tiède, rosace de truffe et jus d’herbes
Foie gras poêlé sauce aigre douce
Queue de langoustine en tempura, sauce yaourt fumé à la gentiane
Purée d’oignons à la truffe noire
***PLATS
Bécasse sauce grand veneur et son chou rouge
Chamois accompagné de purée de cèleri à la truffe, pomme soufflée
***FROMAGE
Charriot de fromages montagnards
***DESSERT
Mandarine crémeuse et grand marnier

Peu de grande créativité. De très bons produits certes. Quelques découvertes divines aux saveurs délicates et légères. Pas de coup de cœur en revanche pour les viandes : chaire trop ferme, goût de gibier fortement prononcé, accompagnements quasi inexistants. La queue de langoustine étant à la carte, pas de surprise de ce côté là non plus, dommage. Quant au dessert, il n’avait absolument aucun intérêt.

J’en conviens, il est difficile de surprendre avec un diner de St Sylvestre. Démontrer sa créativité en travaillant des produits traditionnels, rares pour certains et attendus au tournant pour d’autres, n’est certes pas un exercice facile. La prise de risque reste importante mais le challenge à portée de doigts !

Et malgré tout… Le travail et le succès sont bien là : un grand bravo à Emmanuel Renaut pour l’obtention de sa 3ème étoile au Guide Michelin 2012 !

2- Le bistrot « FLOCONS VILLAGE« 

Relais des FLOCONS DE SEL, cette brasserie chic installée au centre de Megève appartient également à Kristine et Emmanuel. Sa cuisine, plus simple et abordable que le restaurant gastronomique de l’hôtel, propose une carte de bistrot aux accents savoyards.

La soupe de potiron est ainsi délicieusement onctueuse et parsemée d’éclats de noisettes qui apportent du croquant et de l’originalité au velouté. Le boudin noir s’habille en montagnard : sa chaire noire est généreusement mélangée à du fromage savoyard, tout comme le risotto. Les plats sont ainsi revisités aux saveurs locales. Avis aux amateurs de fromage…

Le rapport qualité/prix reste très intéressant mais la cuisine inégale. Ajouter du fromage savoyard de façons inattendue dans les produits n’est pas forcément un atout et n’ajoute pas particulièrement d’intérêt au plat. Le produit a tendance à disparaitre au profit du fromage. C’est un avis personnel.

3- Les spécialités savoyardes : « LE VIEUX MEGEVE« 

Depuis plusieurs générations entre les mains d’une famille savoyarde, ce restaurant traditionnel est devenu un point névralgique où se retrouvent les vacanciers en manque de fromage. Qui ne vient pas à la montagne sans dévorer une fondue ou une raclette ? En haute saison, l’établissement affiche complet tous les soirs malgré les deux services mis en place.

A la carte, vous trouverez toute une déclinaison de spécialités locales où le fromage trône en maître : fondue, raclette, tartiflette, gratin Dauphinois, pierrade et autre reblochonnade. De quoi régaler les papilles et faire le plein de calories après une journée particulièrement sportive. Service efficace. Cadre rustique.

4- Des burgers savoureux CHEZ TANTE ALICE

Dans un cadre étonnamment chaleureux, ce restaurant propose bien entendu des spécialités locales, mais également des plats inattendus comme des burgers, qui en ont d’ailleurs fait sa renommée. Ici, le hamburger se fait savoyard ou végétarien accompagné de délicieuses frites maison : c’est en effet exquis. L’assiette de charcuterie est élégante et généreuse sans être grasse. Et les prix sont plutôt doux. Tout pour plaire.

En revanche, le service est loin d’être à la hauteur. Il est désagréable, pas vraiment sympathique, pressé et impersonnel. La rentabilité semble de mise. Ici aussi il y a 2 services par soir et mieux vaut réserver.

BAR

Le Club des 5 Rues est une institution. Et pour s’en convaincre, il faut se rappeler qu’après la Seconde Guerre mondiale, la France trouve dans le jazz une liberté d’expression dont elle a été longtemps privée. Megève devient alors très vite l’une des citadelles du jazz en ouvrant ses propres clubs. C’est ainsi que quelques établissements dont Les 5 Rues vont façonner l’image de la station, véritable Saint-Germain-des-Prés alpin. Depuis, Megève a su entretenir une relation privilégiée avec cette musique venue d’outre-atlantique.

C’est donc tout naturellement au Club des 5 Rues que se retrouve la jeunesse dorée de Megève qui vient ici s’enivrer chaque soir au rythme du swing jazzy d’un groupe live. Niché dans une ruelle étroite et étonnamment calme, le club s’impose avec une façade quelque peu intimidante. Une porte noire. A laquelle il faut sonner pour que quelqu’un vous ouvre et vous autorise à entrer. A l’intérieur, l’espace est chaleureux mais curieusement petit. L’atout du bar ne réside certainement pas dans la réussite de ses cocktails, mais une chose est sure, l’ambiance est au rendez-vous !

DOMAINE SKIABLE

Vaste. A première vue. Certes le domaine skiable de Megève est étendu. Seulement, pour s’y promener, les liaisons à ski sont quasiment inexistantes. Conséquence : on passe un temps fou dans les remontées mécaniques ou à relier les stations en bus. Difficile donc d’explorer l’intégralité du domaine surtout quand le temps d’ensoleillement sur une journée bat tous les records de courte durée.

En revanche, on trouve un peu partout des restaurants d’altitude qui font terrasse pleine. Et comble du chic, beaucoup ne sont pas des skieurs… So trendy. Il existe donc un art de savoir se montrer tout en étant hyper looké avec plus d’1m de neige sous les pieds. Et ce, quelque soit le lieu. Tant qu’il est branché. Un mode de vie.

Les skieurs sauront se délecter de quelques bonnes pistes surtout quand nombre d’entre elles ne sont volontairement pas damées après une chute de neige généreuse. Amateurs de poudreuse, régalez-vous !

Un domaine parfait pour les skieurs occasionnels. Si vous êtes un passionné, d’autres domaines seront plus appropriés.

Megève reste le rendez-vous huppé d’une génération bien née.

http://www.megeve.com/

http://www.floconsdesel.com/fr/index.php

http://www.restaurant-vieux-megeve.fr/

Publicités

~ par Marine de Montalivet sur 20 février 2012.

Une Réponse to “Megève”

  1. […] II. Pour l’occasion, elle s’est associée au chef triplement étoilé Emmanuel Renaut (Les Flocons de Sel à Megève) qui a imaginé un menu d’exception servi au déjeuner et au diner pendant 10 jours, du 3 au […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :